Les documents cadres

Sous l’effet du changement climatique, les impacts des aléas pourraient se voir aggraver. Les résultats préliminaires de l’étude conduite par le Bureau de la Banque Mondiale à Madagascar montre que sur la période 1950-2005, les températures minimales journalières ont subi une augmentation de 1,2ºC. Ces résultats préliminaires sont consistants les tendances observées au niveau global. Un allongement de la saison sèche est également observé, avec des périodes de sécheresse plus fréquentes à partir des années 1990.

Afin d’assurer une meilleure coordination et harmonisation des interventions, il a été adopté en 2003 un document de Stratégie Nationale de Gestion des Risques et des Catastrophes (SNGRC). Elle traduit la volonté politique de Madagascar en matière de gestion des risques de catastrophes (GRC).  Elle décline des axes et actions stratégiques à mettre en œuvre pour une période de 5 – 7 ans (2001 – 2008). Six grands axes stratégiques pour les 3-7 années ont été mis en relief : (i) la mise en œuvre des mécanismes institutionnels pour la GRC, (ii) le renforcement des capacités à long terme aux niveaux national, provincial, régional, local et communal, (iii) le renforcement des systèmes d’information exhaustifs ; iv) le développement de mécanismes financiers à long terme, (v) la réduction globale de la vulnérabilité et des risques : (vi) la coopération régionale et internationale pour le développement.

Au niveau international, en 2005, la Conférence mondiale sur la Prévention des Catastrophes a adopté le Cadre d’Action de Hyogo qui définit les actions prioritaires en matière de Réduction de Risques de Catastrophes (RRC). Plus d’une centaine de Pays, dont Madagascar, se sont engagés à le mettre en œuvre. Le CAH a été le document cadre de la GRC jusqu’en 2015.

Le 8 Décembre 2014,  les délégués à la troisième Conférence mondiale sur la prévention des risques de catastrophes, rassemblés du 14-18 Mars 2015 à Sendai ville de la préfecture de Miyagi au Japon, souligné l’augmentation des situations d'urgence complexes dans de nombreuses parties du monde .Ils ont alors réaffirmé solennellement leur détermination à redoubler d'efforts pour renforcer la réduction des risques de catastrophes (RRC) et pour réduire les pertes de vies en cas de catastrophe et d'autres actifs dans le monde entier.

Dans le Plan National de Développement 2015-2019, l’axe stratégique N° 5 affirme la « valorisation du capital naturel et le renforcement de la résilience aux risques de catastrophes ». A travers trois sous-objectifs : (i) Renforcer la résilience et la capacité d’adaptation aux risques liés au climat et catastrophes naturelles (ii) Mettre en place un système d’alerte à temps réel (iii) Intégrer la GRC – RRC dans le processus de développement.

Il appartient à la BNGRC, en tant que premier responsable dans l’opérationnalisation de la stratégie nationale en matière de GRC de concrétiser les orientations stratégiques du Plan National de Développement (PND).

<< Précédent     Suivant