LE SURVOL

Généralement, l'évaluation par « survol » est menée dans le cadre des catastrophes liées aux inondations et cyclones.

Elle sera menée dans les premières 24 heures, ou au plus tard dans les 48 heures, après l'entrée d'un cyclone, d'une tempête ou d'un début d'une inondation. Sa durée doit être le plus courte possible, 1 à 2 jours. Toutefois, en fonction des différentes contraintes (mobilisation des moyens, conditions climatiques, etc), une mission de survol retardée ou prolongée pourrait être combinée directement avec une mission d'Evaluation Rapide Multisectorielle.

 

a)       RESULTATS ATTENDUS

  • Avoir une idée globale de la situation post-catastrophe (cartographie simple)
  • Etablir une cartographie simple délimitant les zones les plus touchées par la catastrophe : les zones inondées, les zones ravagées par les vents, etc.
  • Identifier les zones qui ont besoin de secours d'urgence ou d'évacuation : villages isolés ou menacés par des crues/inondations, etc.
  • Identifier les zones accessibles et inaccessibles jusqu'au niveau le plus bas possible
  • Donner des informations plus détaillées (photos, film, etc) sur les dégâts importants : ponts disparus ou déplacés, aéroport, port ou rails endommagés, portion de route nationale complètement coupée, etc.
  • Recommander s'il y a besoin de conduire une Evaluation Rapide Multisectorielle ou directement des évaluations sectorielles approfondies.

      • Préparation
    • Identifier et réunir l'équipe d'évaluation, parmi les techniciens préalablement identifiés, avec un ou deux représentants du cluster/groupe sectoriel Logistique.
    • Rassembler et analyser les premières informations/données collectées, notamment par sms.
    • Elaborer le plan de vol avec la compagnie aérienne : zone d'atterrissage, zone à survoler seulement, endroit de ravitaillement en carburant, etc.
    • Contacter tous Comités locaux de GRC concernés.
    • Rassembler tous les matériels et les outils nécessaires (GPS, cartes papiers et électroniques, bloc-notes, appareil photo, camera, etc).

      • Terrain 

b)      DEROULEMENT

L'équipe suit la fiche de survol (Annexe 2). Entre autre, il s'agira d'évaluer le pourcentage des maisons détruites, apprécier la gravité des inondations, vérifier si les voies d'accès sont indemnes ou non (route, chemin de fer, port, aéroport), vérifier s'il y a des gens en position dangereuse (entourés d'eau, sur le toit, sous les éboulements, en mouvement…), rapporter les informations clés  sur une carte, avoir des entretiens avec les autorités locales, en priroité des comités locaux de GRC , les femmes, les notables, responsables religieux, responsables d'ONGs, de la Croix Rouge les enfants, prendre le maximum de photos et de films dans le respect de la dignité des personnes.

 

      • Rapport et conclusions
  • Si le contexte le permet, l'équipe peut envoyer à une personne au niveau BNGRC, pendant la mission, des photos prises sur le terrain. Elle peut recommander le déploiement de secours d'urgence au cas où des vies seraient directement menacées.
  • Au retour, une restitution est conduite au niveau du CRIC 1 jour au plus tard avec une présentation au  format  PowerPoint, avec des photos, des cartes et des films en appui.
  • Une version électronique complète sera remise aux coordonnateurs des clusters et aux  chefs de file sectoriels.
  • L'équipe doit recommander, en précisant les zones concernées et les moyens logistiques les plus appropriés, si : i) des éventuelles actions de sauvetage doivent être menées, ii)  une Evaluation Rapide Multisectorielle doit être déclenchée.

Veuillez télécharger la Fiche survol via ce lien
FICHE SURVOL